Après la note satisfaisante du FMI, Kinshasa promet de «poursuivre les réformes structurelles»

Dans l’accord conclu en juillet 2021 avec le Fonds monétaire international (FMI), Kinshasa a eu déjà à passer avec satisfaction les trois précédentes revues. En 2023, Kinshasa promet de poursuivre sur la même lancée en accélérant la mise en œuvre des engagements convenus avec le FMI.

Devant le Gouvernement, réuni vendredi en Conseil des ministres, le Président de la République, Félix Tshisekedi, a salué la décision du Conseil d’administration du FMI, intervenue depuis le 20 décembre 2022, laquelle a conclu de manière satisfaisante la troisième revue de l’accord de Facilité élargie de crédit (FEC) en faveur de la République Démocratique du Congo.

Cette conclusion heureuse de la troisième revue devrait encourager le Gouvernement à redoubler d’efforts pour la mise en œuvre des politiques macroéconomiques crédibles et l’opérationnalisation accélérée de tous les projets suivis par le FMI dans le cadre du programme, notamment le port en eaux profondes de Banana et le Plan de développement local des 145 territoires.

L’achèvement avec succès de cette troisième revue a permis un décaissement immédiat équivalant à 152,3 millions de DTS (environ 203 millions de dollars américains) pour répondre aux besoins de la balance des paiements, portant le décaissement total à ce jour à 609,2 millions de DTS (environ 812,4 millions USD). Cela devrait permettre au Gouvernement de la République de poursuivre les réformes structurelles qui favorisent l’activité du secteur privé, mobilisent les investissements directs étrangers et renforcent la résilience face aux chocs externes.

Comme les perspectives macroéconomiques de 2023 s’annoncent favorables, avec une croissance économique attendue de l’ordre de 6,3%, le Chef de l’Etat note que le Gouvernement devrait «créer de nouvelles opportunités commerciales et soutenir la diversification économique, notamment : en améliorant nos systèmes d’éducation et de santé; en favorisant de manière positive et durable l’environnement des affaires et la gouvernance; en renforçant la connectivité de notre pays grâce aux développements des infrastructures routières et à l’intégration commerciale avec le reste du monde ».

Sous la supervision du Premier ministre, la troïka politique a été chargée de s’assurer de pouvoir œuvrer pour satisfaire à la quatrième et à la cinquième revue prévue en 2023, et de veiller au strict respect des engagements consignés dans le mémorandum des politiques économiques et financières.

FRANCIS M.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*