Clôture du mois de la femme à l’Université Mapon : Les nanosciences au centre d’une conférence en ligne avec Mme Cynthia Cibaka

« Les nanosciences : fabrication et caractérisation de nanomatériaux », c’est le thème de la conférence en ligne qu’organise ce jeudi l’Université Mapon. Honneur à la femme, à la clôture du mois de mars qui lui est consacré, c’est Mme Cynthia Cibaka de l’Institut de Chimie de la Matière Condensée de Bordeaux qui sera la principale oratrice de cette matinée scientifique.

Chercheure à l’Institut de Chimie de la Matière Condensée de Bordeaux, Mme Cynthia Cibaka sera à l’honneur ce jeudi 31 mars 2022 à partir 14h00, heure de Kinshasa, avec l’organisation d’une conférence en visioconférence initiée par l’Université Mapon.

Pour clôturer, sur une note scientifique, le mois de la femme, cette conférence portera sur «les nanosciences : fabrication et caractérisation de nanomatériaux ».

Pour vous enregistrer à cette séance, prière suivre le lien ci-après : shorturl.at/jB138.

Les nanosciences en bref

Les nanosciences ont éveillé l’attention de la communauté scientifique depuis quelques dizaines d’années du fait des propriétés inattendues obtenues au niveau nanométrique. De l’échelle macroscopique à l’échelle nano-métrique, les effets de surface des matériaux prédominent sur les effets de volume générant ainsi aux nanomatériaux des attributs différents de leurs équivalents macroscopiques. A titre d’exemple, alors que la conductivité thermique du graphite se situe autour de 150W.m-1.K-1, celle du graphème (nanomatériau 2D, feuillet unique de graphite), s’élève à plus de 5000W.m-1.K-1, conférant ainsi au graphème le record de conductivité thermique connu à ce jour.

A présent, les nanomatériaux trouvent leurs applications dans de nombreux domaines tels que la bio-imagerie, l’électronique, la photonique, l’énergie, la cosmétique, etc.

Biographie de l’intervenante

Née à Lubumbashi, chef-lieu de la province du Haut-Katanga, Cynthia Cibaka effectue sa scolarité à Kinshasa jusqu’à l’obtention de son diplôme d’Etat en Biologie-Chimie. Elle rejoint ensuite la faculté Polytechnique de l’Université de Kinshasa pour une première année d’études préparatoires au cycle d’ingénieur. Elle poursuit ses études à Lyon en France où elle suit un programme de Licence en Chimie. A la suite de ce dernier, elle effectue un Master en Génie de l’échelle nanométrique.

Pendant son cursus académique, elle oriente son profil vers des thèmes de recherche en physico-chimie des nanomatériaux grâce à différents projets en laboratoires de recherche. Elle poursuit donc dans cette voie avec un doctorat portant sur la synthèse de nanoparticules métalliques et leur interaction avec l’hydrogène pour des applications de détection optique de ce gaz, travail pour lequel elle reçoit les félicitations d’un jury d’experts.

Actuellement, elle fréquente l’Institut de Chimie de la Matière Condensée de Bordeaux, unité de recherche du Centre National de la Recherche Scientifique en France, spécialisé en sciences des matériaux.

Ses projets actuels portent sur la synthèse de nanoparticules de structures diverses, l’étude de leurs propriétés grâce à des techniques de microscopie électronique et leur design pour des optimisations de diffusion de la lumière.

Francis M.