Fermeté et détermination

Face aux terroristes du M23 et à leur parrain, le Rwanda, Kinshasa a opté pour la fermeté. Pas question, se dit-on à Kinshasa, de partager la même table de négociations avec ces terroristes.
Pour l’instant, les appels au dialogue, aussi bien ceux venant de Luanda que de Nairobi, ne trouvent un écho favorable dans la capitale congolaise.
Le ballet diplomatique de ces derniers jours n’a pas non plus réussi à faire fléchir Kinshasa.
Bien évidemment, la République Démocratique du Congo est en droit de refuser. Tout un peuple compte sur cette attitude de Kinshasa pour ne pas céder au chantage du Rwanda et de ses valets de M23.
Dans son dernier message à la Nation, le Président Tshisekedi a levé toute équivoque, lorsqu’il a rappelé tous les efforts qu’il a entrepris en quatre ans pour jeter les bases d’une coopération mutuellement avantageuse dans la région des Grands Lacs. Il a été finalement payé en monnaie de singe, a-t-il laissé entendre. Pour preuve, l’agression de la RDC par le Rwanda a tout balayé.
Depuis lors, Kinshasa a révisé sa stratégie. L’appel à la mobilisation générale du Président Tshisekedi a trouvé du répondant dans l’opinion publique. Le peuple est derrière son Président de la République.
En réalité, le peuple congolais refuse désormais d’être traité de naïf. Le moment est venu, dit-il, de régler cette équation de l’Est de la RDC où des pays-voyous créent un climat d’instabilité permanente pour piller les ressources naturelles de la RDC.
Même si Kinshasa ne ferme pas la porte à la diplomatie, rétablir la paix reste la seule et unique option possible.
On en a assez de cette guerre qui a longtemps endeuillé tout un peuple. Le peuple congolais est lassé de continuer à compter ses morts. Sur ce point précis, le décompte est macabre, car plus de huit millions de Congolais ont été massacrés depuis une vingtaine d’années.
Il faut être insensé pour ne pas comprendre la gravité de la situation. Vigilance et fermeté s’imposent.
Même les muets ont un langage, dit-on.

Econews

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*