Kinshasa dans le piège de l’EAC

«Personne ne va prendre la ville de Goma à ce jour». Déclaration du général kényan commandant de la force de la Communauté de l’Afrique de l’Est (EAC de son sigle anglais), à sa prise de fonction au quartier général de la Force à Goma, le mercredi 16 novembre. Le général-major kenyan Jeff Nyangah a même apporté une précision qui jette le trouble dans les esprits.
Selon lui, les troupes de son pays sont missionnées pour trois objectifs, à savoir porter appui aux négociations politiques; désarmer les groupes armés dans le cadre…
du processus de Nairobi et de Luanda. L’option militaire offensive ne venant qu’en dernier ressort pour l’éradication des groupes réfractaires.
Une déclaration diamétralement opposée à celle de son collègue congolais qui avait pris la parole dans la cérémonie de bienvenue. Le général Tshiko Tshitambwe avait affiché son optimisme quant à «la réussite de la mission offensive conjointe ayant pour but de ramener la paix dans la partie Est de la RDC conformément aux résolutions du conclave des chefs d’Etat de Nairobi ».
Des positions pour le moins contradictoires, tant l’ensemble de la population congolaise se serait attendue à voir les nouveaux «alliés» de Kinshasa passer à l’offensive et faire traverser les frontières aux pseudo-rebelles du M23 et l’armée rwandaise qui les soutient. En revanche, l’EAC marque avec insistance l’option de voir le gouvernement congolais mettre de l’eau dans son vin, de retirer la qualité de «terroristes» au M23 et d’engager des négociations qui aboutiraient à la transformation de ce dernier en formation politique. Comme ce fut le cas par le passé avec le RCD/Goma et ses avatars successifs du CNDP et du… M23. On prendrait dès lors les mêmes et on recommencerait.
Or, il se fait que le gouvernement de Kinshasa ne saurait faire marche arrière et laver le M23 de toutes ses turpitudes criminelles au point de s’asseoir avec ses dirigeants autour d’une table des négociations. Lui retirer du jour au lendemain son caractère terroriste sous la pression des puissances étrangères aurait dès lors une répercussion irréparable sur le capital de confiance que lui voue le peuple congolais pour le moment.
Il va de soi en effet qu’un revirement de Félix Tshisekedi faisant des accolades à «ses frères» du M23 aurait des répercussions désastreuses sur ce qui lui reste de mandat.

Econews

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*