A la suite de la crise qui couve au sein de l’UDPS : Augustin Kabuya perd son sang-froid et délire

Augustin Kabuya, président a.i. de l'UDPS

«… Peut-être, certains ne verront même pas 2023 pour faire du chantage au Chef de l’Etat».
Quand il s’agit de défendre son parti, l’UDPS (Union pour la démocratie et le progrès social), Augustin Kabuya, son tout bouillant secrétaire général, qui assume en même temps la présidence du parti, perd souvent ses nerfs. Et par moment, il n’hésite pas à retrouver son langage de combattant. Alors qu’une crise aigüe couve au sein de l’UDPS, c’est le moment choisi par Augustin Kabuya pour régler des comptes aux gens qui, selon lui, « pensent que pour mieux évoluer, ils doivent écraser l’UDPS pour faire chanter le Chef de l’Etat », Félix-Antoine Tshisekedi. Intervenant lundi matin sur les ondes de la radio Top Congo FM, le SG de l’UDPS n’est pas allé par le dos de la cuillère. Convaincu que la crise à l’UDPS est le fait d’une «main noire», Augustin Kabuya promet de rendre coup pour coup : « L’UDPS est un parti politique créé sur la base de sang du peuple congolais. Peut-être certains ne verront même pas 2023 pour faire du chantage au chef de l’Etat ». Qu’est-ce que le SG voulait dire exactement : est-ce prédire une mort politique ou physique de ceux qui s’en prennent à l’UDPS ? Mystère !
A l’UDPS, le parti présidentiel, ça tire dans tous les sens. Le départ de Jean-Marc Kabund a fini par ramener à la surface les vieilles velléités qui sommeillaient encore au sein de ce parti. La mise à l’écart de Kabund a donné l’occasion aux frustrés d’antan d’exprimer tout haut leurs revendications. Depuis un temps, c’est Augustin Kabuya, secrétaire général du parti, qui est la cible de toutes les flèches empoisonnées. L’homme est au cœur d’une vaste polémique qu’il essaie d’étouffer sans vraiment y parvenir. A l’UDPS, le malaise est bien réel, à quelques mois des élections générales de décembre 2023.
Et Augustin Kabuya, qui sent déjà son autorité s’effriter au jour au jour, il a décidé de descendre dans l’arène pour conserver sa toute influence au sein du parti présidentiel. C’est dans les médias que le SG de l’UDPS a choisi de régler des comptes à ceux qui veulent destabiliser le parti.
Lundi matin, il est intervenu sur les ondes de la radio Top Congo FM pour remettre les pendules à l’heure. Le drame est que, quand Augustin Kabuya, se déchaine, il perd carrément son sang-froid.

Une déclaration extrêmement piquante
Dans une déclaration au vitriol, Kabuya a tiré sur tout ce qui bouge.
«Il y a des gens qui pensent que pour mieux évoluer, ils doivent, coûte que coûte, écraser l’UDPS pour faire du chantage au Chef de l’Etat. Il y a des gens de certains partis politiques qui travaillent matin, midi, soir, qui font semblant d’être avec le chef de l’Etat dans l’Union sacrée, mais qui travaillent pour la disparition de l’UDPS », a-t-il dit sans détours. Et d’enchaîner : «Mais, le Président de la République n’est pas un vendeur de l’or. C’est un acteur politique. Comment vous pouvez prétendre le soutenir, mais travailler sur la disparition de son parti politique ? »
Augustin Kabuya connaît apparemment d’où vient le mal qui s’abat sur l’UDPS. Il le circonscrit en ces termes : «Vous savez depuis notre sortie de Kisangani et Lubumbashi, ça nous a créé beaucoup de problèmes. Quand nous étions à Lubumbashi, quand les gens de la délégation se réjouissaient de la réussite de nos deux sorties, j’avais dit ceci : c’est bien beau, mais prions maintenant le bon Dieu, puisque nous allons traverser des zones de turbulences, mais nous allons survoler et maitriser tout cela puisque le Seigneur est avec nous. C’est pourquoi je dis, les gens doivent être sincères au sein de l’Union sacrée ».
S’il ne révèle pas ces tireurs de ficelles, Kabuya menace : «Il y a des gens qui font des petits coups bas, croyant qu’ils ne seront pas démasqués, mais je vous dis, même aujourd’hui, il y a beaucoup de choses qui se passent. Les gens se considèrent comme de petits malins, mais je profite de l’occasion pour vous dire qu’il y a de ceux qui travaillent sur la disparition de l’UDPS pour que eux, émergent, pour faire du chantage au Chef de l’Etat en 2023 :+nous avons autant de députés, il faut nous donner ça, il faut nous donner ça+». Avant de s’émouvoir dans un profond délire : «Mais l’UDPS est un parti politique créé sur la base de sang du peuple congolais. Peut-être que certains ne verront même pas 2023 pour faire du chantage au Chef de l’Etat ».
Le SG de l’UDPS se sent trahi : «Trop, c’est trop, les gens ne sont même pas sincère, beaucoup d’hypocrisie. Il y a beaucoup de bêtises qui se passent, rien que pour faire disparaître l’UDPS et nous ne pouvons pas accepter pas ».
Etait-ce la seule bonne raison de promettre à ce que «certains (Ndlr : acteurs politiques vraisemblablement)ne verront même pas 2023 pour faire du chantage au Chef de l’Etat». En vérité, Augustin Kabuya s’est laissé emporter par ses émotions. Un acteur politique de sa trempe ne peut jamais dire ça. Quand celui qui passe – en tout cas à ce jour, promet que «certains ne verront même pas 2023», serait-ce par disparition politique ou physique ?
A tout prendre, Augustin Kabuya a pêché. Et il doit s’en repentir pour ne pas semer la panique autant dans l’UDPS qu’à l’Union sacrée de la nation.

Econews

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*