L’alternance démocratique bouffe ses membres : Kamerhe, Kabund, Beya, Biselele out,… et après ?

L’alternance démocratique du 24 janvier 2019 n’a pas épargné ses principaux lieutenants. Un à un, chacun passe à la trappe, s’éloignant de la cour présidentielle après avoir été la «bouche autorisée» du Chef de l’Etat
Vital Kamerhe, grand allié du Président Félix Tshisekedi à la présidentielle du 30 décembre 2018, a été le tout premier à être emporté par le vent de déboulonnage, promis par le Président Félix Tshisekedi.
Curieusement, Vital Kamerhe, alors directeur de cabinet du Président Félix Tshisekedi, a été tout aussi balayé par un programme, dit de 100 jours, dont il a été l’un de grands architectes. L’alternance démocratique de janvier 2019 venait de bouffer son premier membre.
Kamerhe neutralisé, le FCC (Front commun pour le Congo) ne pensait pas être la prochaine cible. Tout a commencé avec la maladresse de l’ancien Premier ministre, Sylvestre Ilunga Ilunkamba, qui avait ouvertement engagé un front contre le Chef de l’Etat, encouragé par sa famille politique. Son déboulonnage n’a pas tardé à venir, scellant aussi le divorce entre le FCC et le Président Félix Tshisekedi.
Le FCC neutralisé, une nouvelle majorité parlementaire, totalement acquise à Félix Tshisekedi avait vu le jour au Parlement. Le Président Félix Tshisekedi avait ainsi tous les leviers du pouvoir pour se doter d’un Gouvernement à son avantage.
Dans cette nouvelle configuration, un homme, Jean-Marc Kabund, a pris des galons jusqu’à reconquérir son poste de 1er vice-président de l’Assemblée nationale. Mais, comme Icare de la méthodologie Kabund s’est tellement approché du soleil qu’il avait oublié de se protéger. Par un petit incident de parcours, il sera écarté, sans ménagement de la cour présidentielle, jusqu’à être écroué à la prison centrale de Makala.
François Beya, l’ancien conseiller spécial de Tshisekedi en matière de sécurité, est également passé par la même purge. Sécurocrate» en chef, rescapé de la «kabilie», François Beya avait trouvé un sacré point de chute autour de Tshisekedi, avant que tout ne s’écroule. Eloigné du palais présidentiel, il poursuit sa convalescence en Europe.
Comme s’il n’en suffisait pas, l’alternance de janvier 2019 continue encore à éliminer ses pionniers de la première. La dernière victime en date est le tout puissant Fortunat Biselele, dit «Bifort ». Dans l’entourage de Tshise-kedi, il était ce que Katumba Mwanke a été une fois, de son vivant, pour Joseph Kabila. Si Katumbi Mwanke a disparu tragiquement dans un crash, Fortunat Biselele rumine, pour l’instant, son sort à la prison centrale de Makala.
Alors question : qui sera le prochain sur la liste ? C’est la grande inconnue.

Francis M.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*