Avec un casier judiciaire compromis, Mme la gouverneure du Tanganyika sur un siège éjectable

Dans le Tanganyika, les jours de Mme Julie Ngungwa sont comptés à la tête de la province

A peine élue, Mme la gouverneure de la province du Tanganyika, Julie Ngungwa Mwayuma, rattrapée par une condamnation judiciaire datant de 2012, doit se battre pour sauver son poste. Avec un casier judiciaire plus que jamais compromis, il n’est pas évident que Mme la gouverneure s’en tire aussi facilement. A Kalemie, ses jours sont comptés à la tête de la province.
Le détail a peut-être échappé à la CENI (Commission nationale électorale indépendante) et aux instances judiciaires qui ont examiné le cas de recours, avant que le Chef de l’Etat ne procède aux nominations de quelques gouverneurs de province par voie d’ordonnance. Mais, chassez le naturel, il revient au galop, rappelle un vieil adage.
Dans le Tanganyika, Mme la gouverneure Julie Ngungwa Mwayuma, est en train, peut-être, de vivre ses derniers jours à la tête de la province. La raison est bien simple : son casier judiciaire n’est pas vierge.
Dans un mémo des élus locaux de la province du Tanganyika dont une copie est parvenue à Econews, on exige la démission de Mme la gouverneure en raison de son casier judiciaire compromis par une affaire datant de 2012.

Rappel des faits
En effet, suite à une plainte initiée par la société Brasimba, le Parquet général de Lubumbashi, dans son dossier RFFA/RMP.2010/PG.025/MMK/2012, avait déféré Mame Ngungwa Mwayuma Julie devant le Tribunal de paix de Kamalondo qui la condamnera en 2012 à 18 mois de servitude pénale principale pour escroquerie, faux et usage de faux lorsqu’elle se livrait à des livraisons frauduleuses des produits Brasimba. Ainsi, Mme Ngungwa Mwayuma Julie fera la prison.
En date du 10 mars 2014, cette dernière va encore être arrêtée par le même Parquet Général de Lubumbashi, sous mandat RMP 3943/PG.025/MMK, qui la poursuivait toujours du chef d’escroquerie sur la BRASIMBA SA pour faux et usage de faux.
En date du 6 mai 2022, Mme Ngungwa Mwayuma Julie a été élue, contre toute attente, gouverneure de la province du Tanganyika alors qu’elle n’avait pas renseigné dans son dossier de candidature déposée à la CENI qu’elle avait déjà été pénalement condamnée et arrêtée plus d’une fois pour des faits d’escroquerie et de faux et usage de faux.
Il se trouve dès lors que le dossier de candidature, dont le casier judiciaire ainsi que le certificat de bonne vie et mœurs déposé par Mme Julie Ngungwa à la CENI pour sa candidature au poste de gouverneur de la province du Tanganyika, contenait des mentions fausses.
«La précitée a délibérément menti sur les conditions substantielles de son éligibilité touchant à son casier judiciaire ainsi qu’à sa conduite et ses mœurs. A partir du moment où elle a été élue sur fond de faux en écriture, il appartient au procureur général de se saisir de ce dossier pour que, conformément à la loi pénal de la RDC, elle réponde de son comportement criminel », indique le mémo.
Que reste-t-il à faire ? En tout cas, la balle est dans le camp du vice-Premier ministre en charge de l’Intérieur et Sécurité, Mme Daniel Aselo, qui doit constater les graves irrégularités qui ont entouré l’élection de Mme Ngungwa dans la province du Tanganyika. Pour l’instant, Kinshasa reste encore silencieux sur ce dossier. Mais, à Kalemie, chef-lieu de la province, la grogne est bien visible. Le peuple de Tanganyika attend voir Kinshasa intervenir pour rétablir la légalité au gouvernorat de la province.
Pour Mme Julie Ngungwa, sa seule voie de survie est la démission pour éviter de se couvrir d’opprobre dans une procédure de déchéance qui ne devrait nullement jouer en sa faveur
«Fraus omnia corru-mpit», autrement dit, «la fraude corrompt tout », rappelle un vieil adage, particulièrement connu des juristes. Cet adage partage le rare privilège de garantir la loyauté des rapports juridiques et le principe de bonne foi. En dissimulant son casier judiciaire, Mme Julie Ngungwa a tout faussé, jusqu’à remettre en cause son élection au gouvernorat de la province du Tanganyika.

Econews

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*