Lauréat du prix « Forbes Best of Africa » : Patrick Muyaya fixe le cap : «Nous avons l’obligation de travailler à changer le narratif sur notre pays»

« Aux âmes bien nées, la valeur n’attend point le nombre d’années », renseigne un vieil adage. Ministre de la Communication et Médias dans le Gouvernement Sama Lukonde, Patrick Muyaya Katembwe a apporté une touche nouvelle, faisant oublier les années enflammées d’un de ses prédécesseurs, Lambert Mende, qui a emballé le public dans une rhétorique bien raffinée. Avec Muyaya, au-delà de l’éloquence, c’est un nouveau discours qu’il a apporté pour mieux présenter, disons mieux vendre la République Démocratique du Congo. C’est le « changement de narratif » – dans tous les secteurs de la vie nationale. Devant un public sélect composé, pour la plupart de millionnaires et milliardaires évoluant aux Etats-Unis, en Europe et au Canada, le président de Forbes a procédé à la remise des prix « Forbes Best of Africa » à une vingtaine de performateurs qui, dans leur domaine respectif, ont joué et continuent d’accomplir un rôle positif pour l’émergence autant de leur pays que du continent africain.
Le mardi 20 septembre 2022, c’est à New York, aux Etats-Unis, loin des terres congolaises, que les efforts de Patrick Muyaya ont été reconnus. Aux côtés d’autres Congolais, Patrick Muyaya a reçu le prix FORBES USA de «Best of Africa Communication Award» pour ses efforts de promotion du nouveau narratif sur la RDC.
En recevant ce prix, Patrick Muyaya n’a eu qu’un seul mot : «La République Démocratique du Congo mérite d’être bien racontée. Nous avons l’obligation de travailler à changer le narratif sur notre pays».
En effet, le ministre Patrick Mayaya a été repéré par Forbes USA pour mériter de sa marque de reconnaissance et de considération. Lors d’une cérémonie officielle organisée, le mardi 20 septembre 2022 au Museum of arts and design à New York (États-Unis), le FORBES Best of Africa lui a été solennellement dédié.
Sous la supervision du Premier ministre, Jean-Michel Sama Lukonde Kyenge, et conformément à la vision du Président de la République, Patrick Muyaya s’est démarqué dans la manière d’organiser la communication gouvernementale en assurant la promotion du nouveau narratif sur la République Démocratique du Congo.
Au niveau national, il a mis en place les dispositifs de redevabilité de l’action du Gouvernement au peuple. Et sur le plan international, il déploie les efforts considérables devant permettre à la RDC de reprendre l’initiative de sa communication, laquelle a été perdue au profit du « Congo Bashing ». La stratégie « Nation Branding » est en cours de mise en œuvre.
Dans son secteur, le ministre de la Communication et Médias entreprend des réformes légales et structurelles majeures pour améliorer l’environnement des pratiques professionnelles et moderniser les médias publics. Parmi d’autres initiatives innovantes, il y a lieu d’évoquer celle pilotée conjointement avec son collègue du Numérique pour doter le Gouvernement et tous ses services d’une charte graphique commune et d’un Portail numérique de la République.
Recommandé par le Président de la République, le travail de « salubrité médiatique » a été amorcé avec vigueur par le ministre Patrick Muyaya. Que ses efforts soient enfin reconnus depuis les Etats-Unis, on ne peut que saluer le travail d’un homme qui a su marquer son temps par un changement de narratif qui a fini par emballer toute la société congolaise.

Les autres lauréats congolais
Aux côtés de Patrick Muyaya, d’autres Congolais ont été récompensés, mardi à New York, par FORBES Best of Africa.
Le ministre des Finances, Nicolas Kazadi, l’argentier de tous les records, a été récompensé pour ses prouesses dans la mobilisation des recettes internes. A cela s’ajoute l’implémentation des réformes structurelles importantes pour améliorer la gouvernance économique du pays.
La gouverneure de la Banque Centrale du Congo, Malangu Kabedi-Mbuyi, la gardienne du franc congolais, a été gratifiée de ses efforts pour défendre la monnaie nationale dans une conjoncture interne et externe particulièrement difficile. Première femme, gouverneur de la BCC, Mme Malangu est en train de marquer son époque. Avec elle aux commandes de l’Institut d’émission, le cadre macroéconomique est globalement stable, l’économie nationale reste résiliente face aux effets contagion de la guerre en Ukraine et de la pandémie à Covid-19, les réserves de change ont grimpé à plus de 4 milliards de USD, … autant de faits qui ont convaincu Forbes USA à récompenser Mme Mulangu Kabedi Mbuyi d’un prix d’encouragement pour le management féminin qu’elle incarne dans ce processus réformateur de la Banque Centrale du Congo.
Le patron de l’Inspection générale des finances (IGF), Jules Alingete Key, le flic financier qui donne des insomnies aux fossoyeurs des finances publiques, a été plébiscité pour avoir ramené la discipline dans la gestion des finances de l’Etat congolais. Avec sa patrouille financière, il veille sur tout ce qui touche aux deniers publics. Dans le dispositif anti-corruption, Jules Alingete continue à marquer des points. C’est avec lui que l’IGF a repris du poil de la bête, faisant peur à tous ceux qui avaient l’habitude de tremper leur main dans la caisse de l’Etat
«De 4 milliards USD, le budget est passé à 10 milliards et demain 15 milliards USD. Nous pensons vraiment que si le cap est maintenu, en intensifiant le travail commencé par l’IGF depuis quelques années déjà, en bouchant tous les trous, nous pouvons facilement et rapidement atteindre 20 milliards USD de budget », se félicite-il, espérant boucher le plus de trous possibles pour éviter le coulage des recettes et ramener l’orthodoxie dans les dépenses publiques
L’opérateur économique Pascal Kinduelo Lumbu, une icône dans le monde des affaires, a vu son œuvre être honoré par Forbes USA. C’est la reconnaissance d’un parcours élogieux dans le monde des affaires. Après feu Dokolo Sanu (aujoud’hui décédé), le premier congolais qui a osé entreprendre dans le secteur bancaire avec la Banque de Kinshasa, on a compté sur Pascal Kinduelo avec sa BIC (Banque Internationale de Crédit). C’est en reconnaissance de ses nombreuses qualités d’entrepreneur et d’acteur de développement durant des décennies en République Démocratique du Congo que Pascal Kinduelo a été reconnu par Forbes USA. Un véritable modèle de courage et de persévérance pour la jeunesse africaine et congolaise.

Econews

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*