La Société civile pointe le coupable et se mobilise pour sauver le projet d’exploitation du lithium de Manono

Le projet d’exploitation du lithium de Manono, dans la province du Tanganyika, piétine. Et la Société civile, évoluant dans le secteur des ressources naturelles, n’hésite pas à nommer le coupable : la Cominière (Congolaise de l’exploitation minière), cette entreprise du Portefeuille de l’Etat née des vestiges de Zaïre-Etain.

Dans une déclaration, faite simultanément, le 20 novembre 2022, à Kinshasa, Kolwezi, Lubumbashi et Bukavu, ces Organisations de la Société civile notent que « la direction de Cominière SA doit cesser de bloquer le développement de Manono et de saper la politique présidentielle énergétique et du développement de 145 territoires en multipliant des stratégies pour bloquer Dathcom Mining ».

D’emblée, ces Organisations de la Société civile spécialisées dans les questions des ressources naturelles disent constater « une agitation et des manœuvres de la part de certains services gouvernementaux administratifs et judiciaires ainsi que de Cominière SA dans le but de geler la notification du Permis d’Exploitation de Dathcom Mining SA et lui communiquer le montant total droits superficiaires dus à l’Etat ; cela constitue un sérieux préjudice non seulement pour la partie congolaise (Etat congolais avec ses 10% des parts lui revenant de droit ainsi que celles de l’entreprise du portefeuille, Cominière SA), mais surtout pour la population affectée par ce projet minier qui devait déjà conclure le Cahier des charges pour le développement communautaire pour combattre la pauvreté actuelle ; cela empêche également le début des travaux de construction de la mine et de la production de ce minerais prisé dans la fabrication de batteries électriques indispensables dans la lutte contre le réchauffement climatique contre lequel, la RDC se positionne en pays solution pour la transition énergétique mondiale ».

Elles fondent leur conviction sur les enquêtes documentées auprès du ministère qui gère l’électricité en République Démocratique du Congo.

« Tenant compte ces faits connus de la Direction de Cominière SA et des tireurs des ficelles à identifier », ces Organisations recommandent « urgemment et patriotiquement » aux autorités du pays de tout mettre en œuvre pour lever tous les verrous qui bloquent le démarrage effectif du projet de lithium de Manono.

Spécialement au Président de la République, ces Organisations attendent le voir : « s’assurer que le climat de confiance règne entre les actionnaires de la Société Dathcom Mining SA pour que les opérations d’exploitation commencent urgemment ; donner des ordres aux services de l’Etat pour que Dathcom Mining SA soit notifiée et que les 10% d’action de l’Etat soient effectivement inscrits dans le registre du Cadastre minier conformément à notre législation minière ; s’assurer que la gouvernance au sein de la Cominière SA est réellement renforcée et mise en exécution ; s’assurer que les personnes proposées par le Ministère du Portefeuille sont intègres et défendront bien les intérêts de l’Etat dans la société Dathcom Mining SA, United Cominière SA et autres sociétés de partenariat chez Cominière SA ; interdire toute ingérence ou interférence de certains membres du gouvernement, des institutions et des cabinets au niveau national et en province ayant des intérêts directs ou indirects avec cette entreprise de l’Etat ».

Intégralité de leur communiqué.

Econews

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*